Fête de la liberté (Portugal)

Chant révolutionnaire

«Grândola, vila morena,
Terra da Fraternidade,
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti, ó cidade… » (extrait)

«Grândola, ville brune,
Pays de Fraternité,
C’est le peuple qui commande
Ici, oh cité»

Histoire

Chaque 25 avril, les Portugais célèbrent la fête de la liberté commémorant la « Révolution des œillets ». En 1933, le dictateur Salazar avait pris possession du Portugal et avait imposé un régime autoritaire. Son successeur, Marcelo Caetana accède au pouvoir en 1968 lorsque Salazar doit abandonner son poste pour raisons de santé. Caetano est contraint par la police militaire secrète ( la PIDE) de garder la même ligne de conduite.

Le gouvernement veut garder d’un côté le pays ankylosé et à l’écart de tout le modernisme occidental et d’autre part leurs colonies dans un état de dépendance totale. La révolte gronde, les colonies portugaises veulent leur indépendance d’autant que les autres pays colonisateurs se retirent peu à peu de leurs possessions. Quelques officiers de l’armée trouvent la guerre de pacification longue et onéreuse. Ils se regroupent autour d’Otelo Saraiva de Carvelho qui est à la tête du Mouvement des forces armées.

Le 25 avril 1974, la radio diffuse un chant révolutionnaire (Grandola, vila morena) signal pour le MFA de s’emparer des centres névralgiques du gouvernement. Seize heures plus tard, la dictature est vaincue. En passant au marché aux fleurs de Lisbonne, les militaires ornent le canon de leur fusil d’un œillet qui deviendra le symbole d’une révolution qui n’aura fait que six victimes. Quelques mois plus tard, le Portugal est officiellement devenue une démocratie et les colonies ont retrouvé leur indépendance.

Fête de la liberté