Sainte Lucie (Suède)

Origines

Sainte Lucie est née au 3ème siècle à Syracuse, en Sicile au sein d’une famille aisée. Convertie au christianisme, elle aurait eu l’habitude d’apporter à manger aux chrétiens qui se cachaient dans des endroits obscurs afin d’échapper aux persécutions. Afin de garder les mains libres pour transporter les victuailles, elle se mettait une couronne garnie de bougies sur la tête. Un jeune païen la demanda en mariage. Devant son refus, il la dénonça aux Romains.

Le 13 décembre 304, elle fut condamnée à mourir brûlée vive mais le feu ne la toucha pas. On la transperça alors d’un coup d’épée. Si sainte Lucie (Santa Lucia) est souvent priée en Italie, la tradition de lui consacrer toute une journée ne se retrouve que dans les pays scandinaves, et plus particulièrement en Suède.

Traditions

Le matin du 13 décembre, les filles de chaque maison suédoise sont chargées d’amener du café et des brioches au safran à leurs parents. Ensuite, dans chaque ville et chaque village, la plus belle jeune fille va être désignée pour remplir tout le long de la journée, le rôle de Sainte Lucie. Toutes les filles sont vêtues d’une longue robe blanche et d’une ceinture rouge. Elles portent une guirlande dans les cheveux. Seule la sainte Lucie est coiffée d’une couronne ornée de bougies, symbole du retour de la lumière.

Sainte Lucie en tête, suivie du groupe des filles (Tänor) et du groupe des garçons vêtus également de blanc et coiffés d’un chapeau en forme de cônes (Stjargossar) tous les enfants du village vont visiter les magasins, institutions et églises en chantant et en récitant des poèmes. Des fêtes et des défilés sont ainsi organisés partout en Suède tout au long du 13 décembre.

Sainte Lucie